Pièce aveugle, le souplex est souvent aménagé dans un rez-de-chaussée ou un sous-sol, parfois à la place d’une cave. Si sur le papier, cet espace peut nourrir des appréhensions, un bel aménagement devrait vous faire changer d’avis. Mais avant tous travaux, renseignez-vous sur les règles à respecter !

Petit ou grand, votre souplex peut revêtir une nouvelle utilité. Cette tendance à aménager cet espace vient des grandes villes où le moindre m² a son importance. On pourrait parler de bien atypique, ce qui plaît de plus en plus aux acheteurs. Nouvelle salle de bains, chambre, deuxième salon, pièce de jeu…les possibilités sont multiples en fonction de la place disponible. En faisant preuve d’imagination et d’astuces, l’aménagement du souplex pourrait apporter une vraie plus-value à votre habitat. Cependant, il faut suivre en amont quelques règles, imposées par la mairie ou le syndic de copropriété par exemple.

Un permis selon la surface

En fonction de la surface à aménager, des autorisations sont nécessaires : si le souplex est inférieur à 5m², pas de déclaration ni de permis de construire, s’il est compris entre 5 et 20 m², une déclaration préalable est à déposer en mairie et s’il fait plus de 20m², on exige un permis de construire. Dans certains, le permis est de toute façon obligatoire notamment si les structures porteuses sont modifiées, ou les ouvertures par exemple. Le professionnel qui vous accompagne saura vous guider.

Pas de taxe foncière

En effet, sans ouverture sur l’extérieur et hauteur sous-plafond de plus de 1.80 mètre, vous n’êtes pas assujetti à la taxe foncière pour cet espace. Cependant, en cas de vente de votre bien, le souplex n’apporte aucune plus-value au bien. Il faut le savoir !

Pour toute demande de travaux intérieurs et extérieurs, n'hésitez pas à contacter Hervé Picot, votre courtier au 06 74 89 83 39 ou herve.picot@lamaisondestravaux.com. Il vous accompagne dans tous vos projets liés à votre habitat (rénovation, extension, aménagement).